Antoine Laville ? Bien-sûr que je le connais. C'est un drôle de bonhomme qui a consacré toute sa vie à la musique et qui adore jouer, apprendre, créer et transmettre. Il adore spécialement jouer du Jazz, du Blues, du Gospel, de la musique Africaine, de la Pop/Rock, de la musique Irlandaise, de la Country Music... et d'autres musiques qui n'existent pas.

 

 Par dessus tout il adore jouer ses propres compositions. Il regrette de ne pas y avoir passé assez de temps, pris par de nombreux concerts en tant que sideman et l'éducation de sa fille. Maintenant c'est l'heure de vérité, il a décidé de passer à l'action et enfin enregistrer et publier progressivement ses créations. 

 

 Après vingt ans dans la région de Grenoble, il habite depuis peu à Valence dans la Drôme. Il est né à Annecy en 1970, a commencé le piano à 5 ans en cours classique. A 10 ans il lache le classique pour continuer en autodidacte, commence à improviser et composer. En 1983 il accompagne en tremblant Frédéric Durieux, en chanson française. Fred lui dit "c'est ton premier concert mais tu verras, tu ne pourras plus t'en passer ensuite". Dame il avait raison !

 

Antoine participe à un atelier de Jazz et d'harmonie en 1984, et comprend vite que sa vocation est de jouer et de composer. A partir de ce moment, au lieu de prendre des notes studieuses, il profite des cinq lignes de ses cahiers d'école pour les noircir de notes et d'accords. 

 

Il découvre l'harmonica en 1988 et se produit au piano et à l'harmonica dans deux groupes de jazz, un groupe de country music, un duo de chanson française... et c'est parti... les concerts et les enregistrements ne s'arrêteront plus, de la rue à la grande scène, avec tous types de formations, du solo au gros Torchestre. 

 

Passionné (hanté!)  par Thelonious Monk, il consacre deux ans à relever et analyser toute son oeuvre enregistrée, écrit ensuite sous la forme d'un livre qui ne verra pour l'instant pas le jour, pour des raisons de droits et d'autorisations...

 

Il pense qu'être musicien, plus qu'une pratique, est un art de vivre qui demande plus que simplement "jouer des notes". Car jouer en public et jouer en groupe sur le long terme demande  à clarifier le rapport que nous entretenons avec nous-mêmes, avec les autres, et finalement avec la vie.

 

En quête de "clés" qui permettent de s'épanouir en musique, il s'attache à observer et étudier les grands musiciens, connus et inconnus. Il se rend compte que les "clés" d'une pratique efficace et du bonheur en musique dépassent le cadre de la seule pratique musicale.

 

Ses rencontres courtes mais intenses avec les pianistes Kenny BARRON et Kenny WERNER seront décisives à ce sujet. En quelques mois, le petit Antoine voit son "niveau" musical boosté, et quelques années plus tard il constate qu'il est devenu un musicien heureux.

 

En partageant cette expérience avec ses élèves, il constate que le "bonheur" en musique peut être accessible immédiatement quel que soit notre niveau. C'est cette démarche bénéfique qu'il transmet en concert et au travers des cours qu'il donne.

 

Les aléas de la vie - dont une double tendinite qui l'a forcé à arrêter pendant presque deux ans - lui ont permis d'expérimenter dans un autre domaine : la réflexologie "Dien Cham". Obtenant de bons résultats avec cette méthode qui est devenue pour lui une deuxième passion, il voit peu de différences quand la main trouve une note ou quand elle trouve le point qui soulage. 

 

Il s'installe en 2013 près de Valence, où il a le bonheur de trouver un réseau d'amis et collègues musiciens et thérapeutes, qui tout comme lui sont décidés à faire bouger les choses dans le bon sens, en créant une association orientée sur les méthodes d'épanouissement et de bien-être. 

 

Il partage son temps entre les cours, les concerts, les séances dien cham, l'étude des pratiques méditatives et manger des ravioles. Mais... que me dit-on ? Il serait revenu à Grenoble pour mettre en place un nouveau projet pédagogique ?

 

Je vous ai rien dit !